29/06/2005

Panié et casquette

A deux en moins d’une heures nous récoltons treize kilos de fraises. Une partie va au congélateur, pour les ressortir en hivers et décorer nos tartes. Quelques-uns vont nous rafraîchir cet été en se transformant en sorbet. Entre les deux saisons principales, nous hésitons pour en faire de la confitures très apprécier le matin pour le petit déjeuner. Mais en y réfléchissant, il fait trop chaud pour les cuire, dans le commerce nous les trouvons à des prix abordables, alors tout compte fait, nous allons faire des desserts à la chantilly ou au fromage blanc.

Pendant que j’écris ces lignes un violent orage se déverse sur notre ville. Le vent les éclairs la foudre, le tonnerre sont impressionnants. Je compare souvent la force de la nature avec celle de notre créateur. Après une chaleur torride voilà qui nous arrive un rafraîchissement bienfaisant. L’averse écrasante qui pendant plusieurs minutes nous faisait une frayeur ancestral diminue progressivement par sa puissance pour se terminer par de fines gouttes. Les écoulements bouchées par les branches et la boue regorge d’eau et inondent les rues. Le ciel s’éclaircie doucement laissant entendre en arrière plan un roulement de tonnerre et quelques flashs de lumière qui au loin s’étouffent peu à peu.




19:03 Écrit par Aimable | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.