30/06/2005

Douce France

Jean-Pierre Pernaut dans les actualités de treize heures nous annonce : " Deux millions et demi de Français ne gagnent que le SMIG et autant sont en chaumage." Comment des familles avec plusieurs enfants peuvent vivre dans ces conditions ? Un journaliste du Rallie Dakar fait cette expérience, en demandant aux habitants d’un petit village africain si  ils voudraient demeurer en France ? La petite tribu aiment la France mais compte rester chez eux, car ils sont heureux dans leur pays. Nous aussi nous pouvons l'être mais vivre un pays industrialisé n’est pas toujours synonyme de richesse et de bien-être.  Honnêtement, il serait important de nous occuper de notre pauvreté, nous manquons de prospèrité englouti dans le matérialisme. Égalité Fraternité ont-ils encore  la saveur tant recherché ? La liberté c'est de ne pas se sentir opprimé,  sommes nous vraiment libéré ? Chacun peu trouver des réponses, c'est cela notre égalité,  rien n'est désespérer.  Complémentaires, apportons  le meilleur de nous-même le puzzle va se completter et grandir pour découvrir que la fraternité existe elle aussi.  Peu se construire alors  l'image bienveillante que  la France veut donner au monde. Avec  un peu d'humilité nous pouvons être dans la joie. Je veux y contribuer !


 




13:59 Écrit par Aimable | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

29/06/2005

Panié et casquette

A deux en moins d’une heures nous récoltons treize kilos de fraises. Une partie va au congélateur, pour les ressortir en hivers et décorer nos tartes. Quelques-uns vont nous rafraîchir cet été en se transformant en sorbet. Entre les deux saisons principales, nous hésitons pour en faire de la confitures très apprécier le matin pour le petit déjeuner. Mais en y réfléchissant, il fait trop chaud pour les cuire, dans le commerce nous les trouvons à des prix abordables, alors tout compte fait, nous allons faire des desserts à la chantilly ou au fromage blanc.

Pendant que j’écris ces lignes un violent orage se déverse sur notre ville. Le vent les éclairs la foudre, le tonnerre sont impressionnants. Je compare souvent la force de la nature avec celle de notre créateur. Après une chaleur torride voilà qui nous arrive un rafraîchissement bienfaisant. L’averse écrasante qui pendant plusieurs minutes nous faisait une frayeur ancestral diminue progressivement par sa puissance pour se terminer par de fines gouttes. Les écoulements bouchées par les branches et la boue regorge d’eau et inondent les rues. Le ciel s’éclaircie doucement laissant entendre en arrière plan un roulement de tonnerre et quelques flashs de lumière qui au loin s’étouffent peu à peu.




19:03 Écrit par Aimable | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/06/2005

L'eau qui chante

Les indiens pour attirer la pluie se mettaient à danser en formant un cercle. lorsqu’ils sentaient que l’atmosphère devenait de plus en plus lourd et chargé, ils augmentaient encore plus leur cadence et leur frénésie devenait toujours plus grande. Pour cette raison peut-être nous disons qu’il va pleuvoir lorsqu’on chante avec agitation. Si nous pouvions faire tombé l’eau du ciel par nos chants, nos râles se transformeraient en exaltation. J’ai fait l’expérience sous ma douche et je vous garanti que cela fonctionne.



18:04 Écrit par Aimable | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/06/2005

Chaleur lorsque tu nous tiens !

Après tant d’attente des jours prometteurs finissent enfin lentement à faire leurs apparitions. Le soleil tant recherché transforme nos habitudes et nous invite à la détente. J'attend le mois d'août pour trouver enfin le dépaysement. Mais dès maintenant déjà je profite de l’été. Je suis actif tout en gardant la sérénité. Je profite avec enjouement du moment présent. Si j’accepte pas toujours la canicule mes vrais ennemis sont surtout: excitation, impatience, agitation, tension. Physiquement je bouge le moins possible et garde un esprit vif. Une pensée mauvaise, des gestes inutiles peuvent exaspérer. Lorsque je suis entouré, une contrariété suffit pour perdre ma lucidité, gérer même seul mon inconfort paraît une prouesse, je dois faire des efforts pour m’adapter. Doucement, me contentant de peu de chose je profite maintenant de chaque instant pour garder un sourire confiant. Bon rafraîchissement !

Le matin avant même de prendre mon petit déjeuner, j’aime lire un texte en guise de méditation. C’est ainsi que je commence une bonne journée habituellement. Aujourd’hui c’est un proverbe qui retient mon attention :

Ne te vante pas de ce que tu feras demain, car tu ne sais pas même ce qui arrivera aujourd’hui.

Avec tout les informations de la journée, il est rare que je me souvienne du passage le soir. Alors je ressort mon agenda, c’est un bon exercice de mémoire et quelquefois si je ne le fais pas je le relis le lendemain matin.




18:30 Écrit par Aimable | Lien permanent | Commentaires (34) |  Facebook |

26/06/2005

dimanche, 26 juin

J’ai appris simplement que le blog nous aide à nous déculpabilisé. Il peut nous permettre d’être mieux dans sa peau. Dans la région ou j’habite de nombreuses activités se déroulent. Rien faire est même considéré comme un défaut. Nous avons un climat continental et il fait très chaud. Notre corps à du mal à supporter la chaleur qui nous entoure. Certaines personnes voient d’un mauvais œil des gens de bonnes constitution rester en léthargie, ce qui est normal pour certains ne l’ai pas pour d’autres ainsi nous créons des complexes dans un groupes de bon citoyens. Les populations urbaines et matériels de nos pays se compliquent par la diversité des individus, leur manière d’agir et de penser. Pas facile  de vivre en communauté, établir des règles  est vital mais bien compliquer quelquefois.

N'importe qui dira moi compris, le voyage forme la jeunesse. Actuellement ou les posibilités sont   plus facile encore, je recommande à  tous les jeunes de voyager autant qu'il leur est permis de le faire. Pourtant cet être humain qui ne se fait pas connaître, que l'on appelle autochtone n'ont que rarement quitté leur région. Adapter définitivement à leur entourage, ils n'ont pas expérimenter les changements qui s'opèrent lorsque nous passons d'un monde à un autre par le déplacement.
Il s'enferme généralement dans un silence et observe le comportement de ceux qui ont vécu cette métamorphose. Je fais parti de cette catégorie de personne.



13:25 Écrit par Aimable | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/06/2005

Mon premier jour,

Première entrée en scène, comme un acteur j'ai un peu le trac de me donner en public, je l'avoue.
Je le fais pour moi afin de mieux me connaître et de me faire connaître ce qui n'est peut-être pas aussi important. Mes propres expérences peuvent  être celles des mes lecteurs,  je commence à m'intérresser d'abord à moi-même. Dans l'entreprise d'un blogue, l'important est certainement d'être percévérent comme dans d'autres disciplines. Je suis heureux de rentrer dans cette grande famille qu'est  "Skynet".
Je trouve ce site très convivial tout en étant un peu décourager par mon manque d'expérience.
Me lancer dans cette aventure sans support me paraît insurmontable tout d'un coup.Peut-être je pourrai soliciter l'aide de personnes plus expérimentés ?
Comme je suis un peu perdu,je change de tac-tic au-lieu de m'occuper de moi, je vais remonter le moral des autres, tout en m'inspirant de leur texte. Aime ton prochain comme toi-même m'a-t-on appris.
J'essaie donc de remonter la couleur de ceux qui ne sont pas très populaire. Si jamais je ne réussis pas je fais en sorte que d'autre ont plus de chance que moi !
Merci à tous ceux qui ont déjà pris le soin de m'encourager par quelques mots.
Un blog est fait d'images et de textes. Actuellement je ne recherche pas tellement l'illustration alors qu'elle est pourtant bien plus attrayante à l'oeil. Je veux exprimer mes pensées avec des mots. Nous vivons dans un monde ou l'image est roi, il fut une époque ou l'écriture l'était n'avait pas encore été détrôner. Je ressent le besoin de retourner en arrière en prennant le temps de vivre et trouver les mots qu'il faut pour mieux apprécier la vie.
Nos ados nous mêne la vie déjà bien dure. Nous leur faisons habituellement de bon petit repas, mais voilà les vacances approchent et ils veulent manger chacun lorsqu'ils ressentent le besoin et à l'heure qu'ils souhaitent avec tout le travail que cela occasionne aux parents. La vie moderne nous entraîne toujours plus dans l'individualisme. L'harmonie et la solidarité familiale à du mal à suivre son cheminement.









14:47 Écrit par Aimable | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |