13/12/2006

Etoile


On ne regarde plus les étoiles. Je te demande, toi qui oublies ce qu'est la vie et son mystère, de lever une nuit la tête vers le ciel afin d'y découvrir ce que tu ne sais plus: l'immensité de l'univers. Cesse un instant d'être uniquement tourné vers tes tâches quotidiennes, cesse de calculer, de penser à ce que tu dois faire. Tu ne dois qu'une  seule chose avec force et constance : être humain. Et être humain, même si tu ne songes plus, c'est prendre conscience de ta place dans l'univers. Et cette conscience de la faire partager à ceux que tu aimes.  Alors fixe l'étoile lointaine. Tu ne peux même pas imaginer les distances, l'espace qui nous entoure, l'origine. Tout cela est mystère. Oui, l'homme s'est posé là, sur le sol de l'astre blanc qui éclaire immobile la nuit. Oui, au-delà de cette lune si proche, l'homme a envoyé en direction des planètes des fusées ou des ondes. Oui, il a recueilli des renseignements, des échos, et il sait calculer les vitesses, le déplacement de notre univers, son âge. Et en quoi cela efface-t-il le mystère de l'étoile lointaine ? En quoi ces données recueillies modifient-elles l'immensité de l'univers et ta double nature ; ta petitesse, tu n'es qu'un nain, un instant dans la création et pourtant tu es grandiose. Tu es le géant sur qui tu t'interroges, sur le sens de ton histoire, le pourquoi de l'univers. Tu regardes l'étoile lointaine et tu es confronté à ce que tu es : rien et tout. Martin Gray

Lorsque nous parlons de Noël, nous ne pouvons pas oublier de regarder au ciel. La naissance d'un enfant à été dévoilé le premier aux plus pauvres les bergers qui l'ont trouvé  grâce au scintillement d'une étoile pas comme les autres. Des sans-abri peut-être qui n'avaient audessus de leur tête que l'immense ciel étoilé. Je souhaite à mes lecteurs le préambule d'une merveilleuse fête qui ne sera pas comme les autres.

20:07 Écrit par Aimable dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

te souviens tu de cette chanson Tant qu'il y aura des étoiles
Sous la voûte des cieux
Y aura dans la nuit sans voiles
Du bonheur pour les gueux
Nous les gars sans fortune
Nous avons nos baisers
Seul un rayon, de lune
Vaut le plus beau décor
Ici à la belle étoile
On s'ra toujours heureux
Tant qu'il y aura des étoiles
Sous la voûte des cieux

tino rossi .....

Écrit par : cantaines | 17/12/2006

Les commentaires sont fermés.