31/01/2007

Une leçon de vie

Voici l'histoire de Fleming, un pauvre fermier écossais.

Un jour, alors qu'il tentait de gagner la vie de sa famille, il entendit un appel au secours provenant d'un marécage proche. Il laissa tomber ses outils, y courut et y trouva un jeune garçon enfoncé jusqu'à la taille dans ce marécage, apeuré, criant et cherchant à se libérer.

Le fermier sauva le jeune homme de ce qui aurait pu être une mort lente et cruelle.

Le lendemain, un attelage élégant se présenta à la ferme.

Un noble, élégamment vêtu, en sortit et se présenta comme étant le père du garçon que le fermier avait aidé.

  • Je veux vous récompenser, dit le noble. Vous avez sauvé la vie de mon fils !
  • Je ne peux accepter de paiement pour ce que j'ai fait ! répondit le fermier écossais.

Au même moment, le fils du fermier vint à la porte de la cabane.

  • C'est votre fils ? demanda le noble.
  • Oui, répondit fièrement le fermier.
  • Alors, je vous propose un marché. Permettez-moi d'offrir à votre fils la même éducation qu'à mon fils. Si le fils ressemble au père, je suis sûr qu'il sera un homme duquel tous deux seront fiers.

Et le fermier accepta.

Le fils du fermier Fleming suivit les cours des meilleures écoles et à la grande finale, il fut diplômé de l'Ecole de Médecine de l'Hôpital Sainte-Marie de Londres.

Porteur d'une grande aspiration, il continua jusqu'à être connu du monde entier. Le fameux Dr Alexander Fleming avait en effet découvert la pénicilline.

Des années plus tard, le fils du même noble qui avait été sauvé du marécage était atteint d'une pneumonie.

Qui lui sauva la vie, cette fois ?... La pénicilline.

Comment s'appelait le noble ? Sir Randolph Churchill et son fils, Sir Winston Churchill.

Quelqu'un a dit un jour :

Tout ce qui s'en va revient...

Travaille comme si tu n'avais pas besoin d'argent.

Aime comme si tu n'avais jamais été blessé,

Danse comme si personne ne te regardait.

Chante comme si personne ne t'écoutait.

Vie comme si le Ciel était sur la Terre.

Auteur Inconnu

Dans mon enfance, il m'était arrivé aussi d'être prisonnier dans un marécage. Mes amis avaient fait le nécessaire pour m'en faire sortir. Ma vie n'était pas vraiment en danger. Elle aurai pu l'être si je m'étais aventuré seul. Cette histoire m'apporte une belle leçon, je retiens principalement les dernières phrases que je m'efforcerai dans mon possible de mettre en pratique.

10:52 Écrit par Aimable dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Je suis débutante et ai découvert votre blog, il est très riche en écriture, je l'apprécie beaucoup.
Je vous encourage à continuer.
Bonne soirée.

Écrit par : Badette | 04/02/2007

Je vous remercie pour votre passage sur mon blog et votre encouragement . Vos messages de sérénité vont droit au coeur et font du bien au moral. Pouvoir communiquer avec des êtres calmes est tellement rarissime qu'il faut en profiter. Bonne soirée.

Écrit par : Badette | 07/02/2007

Les commentaires sont fermés.